Les feuilles de l’herbe carmin sont utilisées dans la médecine traditionnelle comme adjuvant pour soulager les symptômes des rhumatismes et de l’arthrite. Certains rapports avertissent que celle-ci peut provoquer certains effets secondaires. Vous voulez en savoir plus ? Nous vous en disons plus cet article !

La pokeweed (Phytolacca americana) est une plante herbacée que l’on trouve dans diverses régions d’Amérique du Nord, d’Amérique du Sud, d’Europe et d’Asie. Elle est également connue sous le nom d'”herbe de mûre américaine” ou de “racine de cancer”, et est utilisée à des fins médicinales et culinaires.

Malgré cela, il a été déterminé que certaines parties de l’arbuste ont des composants toxiques, qui ne sont éliminés que par un processus de cuisson rigoureux. Par conséquent, il est nécessaire de l’utiliser avec prudence et de tenir compte au préalable de ses éventuels effets secondaires. Pour en savoir plus, nous vous invitons à poursuivre votre lecture.

Les meilleurs produits à base d’herbe carmin

Portal Cool 100 Papillon Graines de...
Les soeurs Carmines - Tome 2: Belle de...
Carmine

Propriétés de l’herbe carmin

herbe-carmin-cgoodSelon des données historiques, l’herbe carmin était la base des remèdes utilisés par les Amérindiens pour favoriser les vomissements, purger le corps et combattre les symptômes des rhumatismes. Aujourd’hui encore, certaines cultures continuent à lui donner ces applications.

Apparemment, sa popularité remonte à un livre, écrit à la fin du XIXe siècle, qui parle du potentiel de la plante pour traiter les maladies de la peau et les douleurs articulaires. Malgré cela, les preuves sont pour l’instant assez limitées. Que sait-on à son sujet ?

Les composés de l’herbe carmin

Des sources indique que l’herbe carmin possède une grande variété de composés chimiques ayant un potentiel pharmacologique. Les constituants les plus importants sont les suivants :

  • Phytolaccoside A, B, C, D, E, F, G.
  • Phytolaccagène.
  • Acide jaligonique, acide esculénique, acide phytolaccagénique et acide oléanolique.
  • Alcools triterpéniques : α-spinasterol, α-spinasterol-β-D-glucoside, 6-palmitoyl-Δ7-stigmasterol-Δ-D-glucoside, 6-palmytyl-α-spinasteryl-6-D-glucoside.
  • Astragaline.
  • Lectines.
  • Tannins.
  • amidon
  • La protéine PAP-R.

Aujourd’hui, une grande variété de propriétés pour la santé ont été revendiquées, mais il n’existe pas d’essais cliniques fiables pour évaluer son efficacité. En tout cas, on lui attribue une activité antirhumatismale, antitumorale, anti-inflammatoire, analgésique et émétique.  

Avantages potentiels et utilisations de l’herbe au carmin

Malgré les rapports sur la toxicité de l’herbe carmin, certaines cultures continuent de préconiser son utilisation comme adjuvant contre des maladies telles que l’amygdalite, la laryngite, l’acné, la gale, certains types de tumeurs et le SIDA. Y a-t-il des preuves à cet égard ?

Pour l’instant, la plante a montré certains avantages médicinaux dans des études en laboratoire et sur des animaux. Cependant, les études sur ses effets chez l’homme font défaut. On pense que la protéine antivirale pokeweed (PAP) pourrait être à l’origine de nombre de ses propriétés. Cependant, il n’y a pas de certitude.

  1. Maladies bucco-dentaires

Des extraits de Phytolacca americana ont été étudiés comme suppléments possibles pour prévenir les maladies dentaires. En particulier, une étude de laboratoire a révélé que la plante possède des composants antibactériens qui contribuent à la santé buccale.

Plus précisément, il inhibe des enzymes importantes dans des bactéries telles que Porphyromonas gingivalis et Streptococcus mutans, qui sont responsables des maladies parodontales inflammatoires et des caries dentaires. Cependant, des preuves supplémentaires sont nécessaires.

  1. Amygdalite

Une grande variété de remèdes homéopathiques destinés à apaiser les symptômes de l’amygdalite contiennent des traces d’herbe carmin.

Associée à d’autres ingrédients naturels, elle est censée lubrifier la muqueuse de la gorge et réduire la douleur et l’inflammation. Cependant, il n’existe pas d’essais cliniques pour le prouver.

  1. Les troubles de la peau

Sans aucun doute, l’une des principales applications de l’herbe carmin est liée aux problèmes de peau. En médecine populaire, il est utilisé comme allié contre le psoriasis, l’eczéma et la tuberculose du cou.

Ses propriétés anti-inflammatoires seraient responsables de la réduction des gonflements et des douleurs dans ces conditions.

Cependant, paradoxalement, le contact direct avec la racine, la tige ou les feuilles de la plante peut provoquer des éruptions vésiculeuses semblables à celles du sumac vénéneux. Il doit donc être utilisé avec prudence. Les études sur ce sujet sont plutôt pauvres et dépassées.

  1. Tumeurs cancéreuses et SIDA

Ni le pokeweed ni les autres compléments alimentaires à base de plantes comme le ginseng ne peuvent guérir des maladies chroniques telles que le cancer ou le VIH/SIDA. Malgré les affirmations populaires sur ses bienfaits et les conclusions de certains essais cliniques, il ne doit pas être utilisé comme traitement pour ces affections.

À l’heure actuelle, il semble que les extraits de plantes soient prometteurs pour la conception de futurs médicaments destinés à soutenir le traitement de ces affections. Par exemple, une étude rapportée dans Phytotherapy Research a révélé que des extraits de Phytolacca americana peuvent agir contre les cellules cancéreuses du côlon en modifiant l’expression génétique.

Entre-temps, il a été signalé dans la revue Toxins que le PAP – présent dans le pokeweed – a le potentiel de devenir une immunotoxine. En d’autres termes, il pourrait stimuler l’activité des cellules immunitaires pour répondre à la présence de tumeurs ou de cellules.

  1. Autres utilisations non prouvées

La plupart des utilisations médicinales de l’herbe carmin proviennent de preuves anecdotiques. C’est-à-dire qu’il n’y a pas d’études pour soutenir qu’il a un quelconque niveau d’efficacité. On ne sait pas non plus comment administrer en toute sécurité ses extraits ou ses compléments. Quelles sont ces utilisations ?

  1. La polyarthrite rhumatoïde.
  2. Douleurs osseuses dues à la syphilis.
  3. troubles gastro-intestinaux
  4. Infections.
  5. La mammite.
  6. Fibromes
  7. Acné
  8. Une thyroïde hypertrophiée.

Risques et contre-indications

Toutes les parties de la pokeweed sont considérées comme toxiques. Les baies sont les plus toxiques, surtout lorsqu’elles sont vertes. Ils contiennent notamment une substance appelée “phytolacine” qui irrite le système digestif des humains et des animaux. Leur consommation peut entraîner les effets indésirables suivants :

  • Des crampes et des crampes abdominales.
  • Sensation de brûlure dans la bouche, la gorge et l’œsophage.
  • Diarrhée et vomissements.
  • Difficulté à respirer.
  • Vertiges ou étourdissements
  • Maux de tête
  • Troubles du rythme cardiaque

De même, si la plante entre en contact avec une peau blessée, elle provoque des symptômes similaires. Le contact direct avec Phytolacca americana provoque une dermatite de contact chez certaines personnes. Dans les cas graves, l’empoisonnement par cette plante entraîne les complications suivantes :

  • Convulsions.
  • Diarrhée et vomissement de sang.
  • Paralysie respiratoire.
  • Décès (cas rares).

De nombreuses herboristeries distribuent des compléments et des produits diététiques contenant de l’herbe carmin. 

Il met également en garde contre les interactions possibles avec des médicaments tels que les anticoagulants, les antihypertenseurs et les diurétiques. Il n’est pas recommandé aux femmes enceintes, aux enfants et aux personnes ayant des problèmes de santé particuliers.

Dosage et formules de carmin à base de plantes

Avertissement : Aucune directive n’a été définie pour une utilisation sûre de l’herbe à carmin et de ses dérivés. En règle générale, le contact et l’ingestion de la plante fraîche doivent être évités. Pour cette raison, les compléments sont distribués sous forme de teintures, d’extraits, de capsules, d’huiles et de pommades.

Lorsque vous les achetez, tenez compte du fait qu’ils ne sont pas réglementés. Les fabricants indiquent généralement un dosage suggéré sur l’emballage du produit. En aucun cas, sa consommation ne doit être dépassée.

Qu’y a-t-il à retenir de cette plante ?

Phytolacca americana a été utilisé en médecine traditionnelle comme adjuvant pour améliorer la symptomatologie de certaines maladies. Toutefois, des mises en garde ont été lancées sur les risques liés à son utilisation en raison de sa teneur en composés toxiques.

Il n’existe aucune preuve concrète de son efficacité en tant que remède médicinal. Elle ne doit donc pas remplacer un traitement médical. Les femmes enceintes, les enfants et les personnes souffrant d’une maladie grave doivent éviter de l’utiliser.