Le gouverneur, également appelé “chaparral”, est un arbuste qui a été utilisé comme remède pour combattre certaines maladies. 

Le chaparral est une plante dont la présence est abondante dans certains déserts des États-Unis et dans des régions du Mexique et de l’Argentine. Bien que sa taille soit d’à peine 3 mètres de haut, il a la capacité de décimer la croissance des buissons ou autres arbustes qui se trouvent autour de lui, afin d’obtenir plus d’eau.

Avec ses petites fleurs jaune vif et ses petites feuilles vertes et épaisses, l’herbe du chaparral, son autre nom, est connue pour sa puanteur caractéristique et ses nombreuses propriétés attribuées.

Ceux qui l’ont consommé affirment qu’il sert de traitement pour plus de 5 douzaines de maladies, comme le rhume, l’arthrite et la tuberculose, par exemple. Cela peut-il être vrai ? Voyons ce que la science a à dire à ce sujet et quels sont les arguments en faveur de ses bienfaits supposés.

Les meilleurs produits à base d’herbe de Chaparral

Raven Moonlight Herbes En Vrac:...
Chaparral: Can-Am Racing Cars from Texas
MEDICINAL HERBS & FUNGI – MARKET...

Avantages possibles du balai du herbe de chaparral

herbe-chaparral-cgoodBien que cette plante soit utilisée comme traitement médical naturel depuis des siècles, elle n’est pas aussi populaire que d’autres herbes aujourd’hui comme les bonnes herbes de Carmin. En l’état actuel des choses, il n’est pas autorisé à être commercialisé dans des pays comme le Canada, car il ne répond pas à certains critères de politique sanitaire.

Nonobstant ce qui précède, il existe d’autres États où vous pouvez acheter des teintures, de l’huile essentielle, du thé et diverses présentations de chaparral sans aucune restriction. Parmi les composants les plus précieux de cet arbuste figure l’acide nordihydroguaiaretique (ANDG), un composé antioxydant difficile à trouver à l’état naturel.

  1. Son rôle en oncologie

Les feuilles et les tiges du buisson du chaparral sont riches en acide nordihydroguaiaretique (ANDG), qui a été étudié comme adjuvant palliatif pour certains cancers, selon des recherches.

Une expérience sur des rongeurs a comparé ceux qui ont reçu le topique dérivé de la plante à ceux qui ne l’ont pas reçu. Les premiers ont connu une diminution significative des agents tumoraux, alors que les seconds n’en ont pas connu. Toutefois, en raison de l’insuffisance hépatique et d’autres problèmes liés au gouvernail, aucune étude sur l’homme n’a été réalisée.

  1. Une plante à l’activité antivirale

La plante rulerwort pourrait avoir le potentiel de prévenir la propagation du papillomavirus humain (HPV) et du virus de l’herpès simplex (HSV). Selon des études, il possède des composés végétaux, appelés lignanes, qui inhibent le facteur responsable de la réplication des gènes viraux.

D’autre part, des recherches suggèrent que, malgré les bienfaits du chaparral, il peut avoir des effets secondaires graves. La diarrhée, la fièvre et l’insuffisance hépatique sont quelques-unes des complications détaillées.

On pense que la maladie est encore plus grave si le système immunitaire de la personne est compromis. À l’heure actuelle, il existe peu d’études humaines, de sorte qu’il n’y a pas de véritables conclusions sur le sujet.

  1. Un anti-inflammatoire naturel

Une revue a proposé que le chaparral ait le potentiel de combattre la peroxydation lipidique causée par les radicaux libres qui attaquent les graisses. Par conséquent, le risque de maladies chroniques et neurodégénératives est réduit.

De même, une autre étude a montré que ses propriétés anti-inflammatoires pouvaient soulager des affections telles que l’arthrite et la sciatique. Une expérience sur des rongeurs a également établi un lien entre l’agripaume et l’amélioration des ulcères de l’estomac.

Bien que le chaparral soit considéré comme une source de propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes, des études humaines sont encore nécessaires pour prouver ses avantages potentiels.

Effets secondaires possibles du chaparral

Bien qu’il ait été utilisé comme remède à base de plantes, le chaparral peut déclencher des effets indésirables dont il faut tenir compte. Il s’agit d’une plante vénéneuse qui est interdite dans de nombreux pays, mais qui reste en vente libre dans certaines zones géographiques.

Le herbe de chaparral est lié à la toxicité du foie. Selon une étude, cela pourrait être dû à l’acide nordihydroguaiaretique (ANDG), connu pour ses effets hépatotoxiques.

Cependant, l’ANDG n’était plus considérée comme sûre en 1968. Et en 1992, les risques possibles de l’ANDG et son association avec l’insuffisance hépatique ont été annoncés. Cependant, la question de savoir si elle est utilisable en médecine fait encore débat, compte tenu des preuves anecdotiques.

Cette plante est utilisée depuis des années sans provoquer d’insuffisance hépatique. Il existe même des études dans lesquelles il n’y a pas eu d’adversité, après avoir été ingéré en petites quantités. C’est pourquoi certains experts établissent un lien entre l’augmentation des défaillances hépatiques en 1990 et d’autres facteurs.

On pense que les effets secondaires se produisent lorsqu’il y a une forte concentration d’ANDG, comme c’est le cas avec les suppléments. En revanche, le thé governatrix ne présenterait aucune contre-indication, puisque son volume est plus faible. Cependant, il a été démontré que des surdoses de gobernadora peuvent se produire avec des quantités minimes.

Dosage et préparation de l’herbe de Chaparral

En raison d’une recherche limitée sur l’homme, les experts n’ont pas encore établi de dosage recommandé. Selon des recherches, certains suppléments et dilutions homéopathiques ont tendance à augmenter le risque de lésions hépatiques.

En ce qui concerne le thé governatrix, bien qu’il présente de faibles concentrations d’ANDG, il convient de faire particulièrement attention à la quantité de feuilles que vous utilisez et à la durée pendant laquelle elles restent dans l’eau.

Les enfants, les femmes enceintes et les mères allaitantes doivent éviter d’en consommer, car le degré de toxicité est inconnu. Une expérience sur les animaux a montré qu’il induit des contractions utérines, ce qui pourrait être un inconvénient. Si la personne consomme des drogues ou souffre d’une insuffisance hépatique ou rénale, elle doit éviter d’ingérer toute présentation de l’ herbe de chaparral.

En revanche, la préparation qui est considérée comme la plus sûre et qui est fabriquée depuis des siècles est le thé. Il se compose comme suit :

  • Placez une casserole avec de l’eau et attendez qu’elle bout.
  • Une fois qu’elle atteint le point d’ébullition, ajoutez quelques feuilles et laissez-la bouillir pendant 5 secondes.
  • Puis retirer l’herbe et l’ingérer.

Que retenir de l’ herbe de chaparral ?

L’ herbe de chaparral ou chaparral est un arbuste qui, par tradition, a été utilisé comme palliatif pour combattre certains maux. Toutefois, ses avantages potentiels sont aujourd’hui remis en question, non seulement en raison du peu de recherches menées sur l’homme, mais aussi parce qu’il a des effets secondaires graves.

Bien que des propriétés anticancéreuses, antivirales et anti-inflammatoires lui aient été attribuées, l’ herbe de chaparral peut également être toxique. On pense que de fortes concentrations d’ANDG dans les suppléments peuvent provoquer une insuffisance hépatique.

Il n’est pas recommandé aux femmes enceintes car il peut provoquer des contractions utérines. Les nourrissons et les enfants doivent également l’éviter.