Le régime hypoallergénique fait partie du diagnostic et du traitement de différentes allergies alimentaires. Est-il plus sain qu’un régime conventionnel ? Comment le faire ? Quels aliments éliminer dans ce régime ? Nous répondons à toutes ces questions dans notre guide.

En cas d’allergie alimentaire, le régime hypoallergénique est indiqué. Il consiste en une phase d’élimination des allergènes et une phase de provocation ultérieure. Ce type de régime doit être accompagné par un professionnel de la nutrition pour éviter d’éliminer des aliments.

Contents

Le plus important

complement-alimentaire-hypoallergenique-cgoodLe régime hypoallergénique est indiqué lorsqu’un aliment est suspecté d’être responsable d’une allergie chez un enfant ou un adulte. Son objectif est de réduire les symptômes et d’aider à identifier l’aliment à l’origine de l’allergie.

Étant donné que l’un des allergènes les plus courants, en particulier chez les nourrissons et les enfants, est la protéine du lait de vache, les laits de substitution doivent souvent être inclus dans le régime hypoallergénique. En outre, les probiotiques peuvent contribuer à rétablir l’équilibre de la flore intestinale et à renforcer l’immunité.

Le régime hypoallergénique est effectué pendant un certain temps afin de détecter l’allergène, puis de revenir à un régime normal exempt de l’agent nocif. Pour suivre correctement ce régime, vous devez consulter un nutritionniste, apprendre à lire les étiquettes nutritionnelles, réaliser un menu varié, ajouter quelques compléments et tenir un journal alimentaire.

Produits et compléments alimentaires hypoallergéniques utiles : nos recommandations

GUIGOZ 1 Dès la naissance - Lait bébé...
FRANCE BéBé BIO - Lait infantile pour...
GUIGOZ Evolia 1 Dès la naissance - Lait...

Bien que le régime hypoallergénique soit de courte durée, des “laits spéciaux” peuvent être nécessaires en cas d’allergie aux protéines du lait de vache, ainsi que des suppléments probiotiques pour améliorer la flore intestinale et l’immunité. Voici nos produits préférés pour compléter le régime hypoallergénique :

Meilleur lait hypoallergénique pour nourrissons pour réduire le risque d’APLV (allergie aux protéines du lait de vache)

Lait maternisé hypoallergénique pour nourrissons à fournir dès la naissance lorsque l’allaitement maternel n’est pas possible. La bouteille contient 800 g de lait en poudre. Une mesure de préparation doit être diluée dans 30 ml d’eau. Le volume du biberon dépendra de l’âge du bébé. Contient du lactose et de l’huile de poisson.

Nous recommandons ce lait partiellement hydrolysé pour prévenir l’allergie aux protéines du lait chez les bébés, car les protéines sont hydrolysées et le risque de réaction allergique est réduit. Cependant, cette formule est à base de lait de vache et n’est pas indiquée en cas d’APLV. Consultez toujours votre pédiatre.

La meilleure préparation à base de soja pour les bébés de plus de 6 mois

Préparation à base de soja pour les nourrissons âgés de 6 à 12 mois. L’emballage contient 400 g de produit en poudre. Il est utilisé comme substitut aux préparations à base de lait de vache lorsque l’APLV est présent et que l’allaitement n’est pas possible. Bien entendu, vous devez toujours consulter votre pédiatre avant d’utiliser cet aliment.

Nous pensons que cette préparation à base de soja peut répondre aux besoins nutritionnels et caloriques des nourrissons atteints d’APLV, à condition qu’il n’y ait pas de réaction croisée avec les protéines de soja. Cela signifie que certaines protéines de soja similaires à celles du lait de vache peuvent déclencher une réaction allergique.

La meilleure préparation pour les nourrissons âgés de 6 à 12 mois atteints d’APLV

Formule de suivi (nourrissons de 6 à 12 mois) pour l’allergie aux protéines du lait de vache (APLV). Il est également exempt de lactose. La boîte contient 400g de formule en poudre. Contient du soja.

À notre avis, cette formule est excellente pour les bébés atteints d’APLV, car la caséine (la protéine au potentiel allergène le plus élevé dans le lait de vache) est fortement fragmentée en petits peptides qui ne stimulent pas de réponse allergique. Sa teneur en oméga 3 favorise le développement cérébral et visuel du bébé. Améliore la dermatite atopique.

Le meilleur probiotique pour les allergies alimentaires

TECEFARMA - KALEIDON 60 12 SOBRES BUCO
  • De la marque Tecefarma.

Boîte de 12 sachets buvables de probiotiques de la souche Lactobacillus rhamnosus GG. Convient aux enfants et aux adultes. Il est recommandé de consommer 1 à 2 sachets par jour pendant les repas. Sans gluten. Conserver à une température inférieure à 25 °C.

Nous recommandons ce complément probiotique de Lactobacillus rhamnosus GG pour compléter le régime hypoallergénique et rétablir l’équilibre de la flore intestinale. Il contribue également à améliorer l’immunité et à réduire certains symptômes digestifs et dermatologiques associés à l’allergie alimentaire.

Les meilleurs multi-vitamines et multi-minéraux sans allergènes

Complexe multivitaminé et multiminéral présenté dans un flacon de 365 comprimés. Convient aux végétaliens. Il est recommandé de prendre 1 comprimé par jour. Certifié GMP (Good Manufacturing Practices).

À notre avis, cette multivitamine et ce multiminéral sont fortement recommandés pour compléter le régime hypoallergénique pour deux raisons. Tout d’abord, de nombreuses allergies alimentaires provoquent des diarrhées et une malabsorption des vitamines et des minéraux. Deuxièmement, en plus d’être sans gluten, il ne contient ni produits laitiers ni fruits à coque, qui sont des allergènes très courants.

Tout ce que vous devez savoir sur le régime hypoallergénique

Les allergies alimentaires peuvent être détectées à tout âge, c’est pourquoi le régime hypoallergénique est souvent recommandé pour les enfants et les adultes. Dans cette section, vous découvrirez ce qu’est le régime hypoallergénique, à quoi il sert et quand il est recommandé.

Qu’est-ce qu’un régime hypoallergénique ?

Un régime hypoallergénique est un régime qui élimine les aliments ou les substances ajoutées aux aliments qui peuvent être des allergènes potentiels. Il a pour but d’aider à identifier si la personne (adulte ou enfant) souffre d’une allergie alimentaire et quel allergène est impliqué dans la réaction immunitaire. En outre, il atténue les symptômes allergiques.

Le régime hypoallergénique étant réalisé pour une durée limitée jusqu’à ce qu’un diagnostic d’allergie alimentaire soit posé (ou non) et que l’allergène soit identifié, il comporte deux phases distinctes :

  1. Phase d’élimination des allergènes potentiels : dans cette phase, les aliments allergènes (œuf, lait de vache, noix, tomate, agrumes, poisson, crustacés, céréales avec gluten) sont éliminés et on observe si les symptômes persistent ou diminuent. Elle dure environ 15 à 20 jours.
  2. Phase de provocation : les aliments potentiellement allergènes sont introduits un par un pour observer si les symptômes réapparaissent ou non. Il est important d’introduire les allergènes un par un afin de pouvoir associer les symptômes à un aliment particulier. Si vous reprenez soudainement votre régime alimentaire habituel, vous ne saurez pas lequel des allergènes est à l’origine de vos symptômes.

Quand un régime hypoallergénique est-il indiqué ?

Lorsqu’une allergie alimentaire est suspectée, un régime hypoallergénique est utilisé. Les principaux aliments susceptibles de provoquer une allergie sont les protéines du lait de vache, les céréales contenant du gluten (blé), les crustacés, les œufs et les cacahuètes. Le tableau suivant présente les symptômes possibles d’une allergie alimentaire : 

  • diarrhée
  • douleurs abdominales
  • flatulences
  • ballonnement abdominal
  • nausées
  • vomissements
  • hémorragie gastro-intestinale
  • gonflement, démangeaisons ou picotements de la bouche
  • coliques (très fréquentes chez les nourrissons présentant une allergie aux protéines du lait de vache)
  • toux
  • Rhinite (la muqueuse du nez est irritée et enflammée, ce qui entraîne des éternuements, des démangeaisons et une congestion nasale).
  • difficulté à respirer et respiration sifflante (sifflement)
  • œdème (gonflement) du larynx (boîte vocale)
  • rougissement de la peau, avec ou sans éruption cutanée
  • urticaire, démangeaisons
  • gonflement de différentes zones de la peau (érythème), angioedème (gonflement sous la peau), par exemple dans la bouche, les mains ou autour des yeux
  • arythmie (changement du rythme cardiaque)
  • sensation d’étourdissement ou de vertige
  • maux de tête sévères
  • anaphylaxie : il s’agit d’une réaction immunitaire intense à l’allergène qui peut être grave, voire mortelle. Les symptômes peuvent varier considérablement, mais les difficultés respiratoires, les vomissements et le choc sont courants.

Le régime hypoallergénique est-il indiqué pour atténuer toute réaction indésirable à la nourriture ?

Non. Dans le cas d’une allergie alimentaire, le système immunitaire identifie une protéine dans un aliment comme étant nocive et, par conséquent, divers symptômes sont déclenchés. Un type d’anticorps appelé immunoglobuline E est impliqué. Le régime hypoallergénique ne fonctionne pas pour les autres réactions indésirables aux aliments qui ne sont pas d’origine immunitaire, par exemple l’intolérance au lactose.

À quoi sert un régime hypoallergénique ?

Le régime hypoallergénique fait partie du diagnostic de l’allergie alimentaire et vise également à atténuer les symptômes que la personne ressent en raison de son hypersensibilité à un ou plusieurs aliments. Si l’allergie est confirmée et le ou les allergènes identifiés, le régime hypoallergénique est remplacé par un régime excluant l’aliment allergène.

Aliments les plus courants pouvant provoquer une allergie chez les enfants et chez les adultes : 

  • le lait de vache (l’allergène est sa protéine, pas le lactose qui est un glucide).
  • les céréales contenant du gluten, par exemple le blé
  • le soja
  • les noix (cacahuètes, noix).
  • les œufs
  • les mollusques et crustacés
  • le poisson
  • les fruits secs et noix
  • les graines de sésame
  • les graines de tournesol
  • certains fruits et légumes comme le kiwi, la fraise, la pomme de terre, la  tomate, le melon, la banane

Quels sont les aliments à éviter dans un régime hypoallergénique ?

Si une allergie alimentaire est suspectée, le médecin, en plus de réaliser différents tests de diagnostic, prescrira un régime hypoallergénique. En fonction de la quantité d’allergènes à éliminer, il existe trois niveaux de rigueur du régime hypoallergénique :

Niveau 1 du régime hypoallergénique.

Dans ce niveau, le lait de vache, l’œuf et le blé (pas toutes les céréales avec gluten) sont éliminés. Bien qu’il puisse sembler simple d’exclure ces aliments du régime alimentaire, la vérité est que ce n’est pas le cas car la plupart des aliments transformés contiennent ces trois ingrédients, même en petites quantités (traces).

En plus d’éviter les œufs, les dérivés du lait (yaourt, fromage, fromage blanc, crème, beurre) et le blé (pains, biscuits, pâtes et pizzas à base de farine de blé), il est essentiel de préparer les repas à la maison. En cas d’achat, l’absence de ces allergènes doit être vérifiée dans la liste des ingrédients du produit.

Niveau 2 du régime hypoallergénique

Ce niveau est beaucoup plus strict et consiste, outre l’élimination des œufs, du lait et du blé, à exclure toutes les viandes (sauf l’agneau), les poissons et les crustacés, les autres céréales contenant du gluten (avoine, orge, seigle), certains fruits (agrumes, fraises), le café, le soja (sous toutes ses formes), les légumineuses, les arachides et tous les fruits à coque.

Niveau 3 du régime hypoallergénique

Il s’agit d’un régime hypoallergénique sévère qui ne doit pas être maintenu pendant plus de deux semaines car il est incomplet. Seuls le riz, les crackers de riz, le miel, le sucre, la pomme, l’abricot, la pêche, la poire, l’ananas, la patate douce, l’huile d’olive, la carotte, la betterave et l’agneau sont autorisés. Tous les autres aliments sont interdits.

Quels aliments de base sont inclus dans un régime hypoallergénique standard ?

En général, la plupart des régimes hypoallergéniques ne sont pas aussi extrêmes que le niveau trois et permettent l’inclusion de poulet, de dinde, de pomme de terre, de citrouille, de patate douce, d’asperge, de carotte, de betterave, d’huile d’olive et de tournesol, de riz, de sucre et de confiture. En présence de signes de maladie cœliaque ou d’allergie aux protéines du lait de vache, il est indiqué d’éliminer respectivement le gluten et le lait.

Le poisson et les crustacés, les aliments transformés, les noix, les agrumes, les fraises, le sésame, le café, la tomate, le chocolat et le soja ne sont pas autorisés dans le régime hypoallergénique. Chez les adultes, les produits laitiers, les œufs et la viande rouge sont rarement éliminés. Voici un menu type pour un régime sans allergènes :

  • Petit-déjeuner : thé noir sucré avec une petite quantité de sucre. Gâteaux de riz tartinés de confiture de myrtilles sans gluten.
  • Collation du milieu de la matinée : pomme.
  • Repas de midi : poitrine de poulet grillée. Pommes de terre au four et courge. Dessert : Poire. Buvez de l’eau.
  • Collation : thé noir avec du sucre. Flocons de riz. Ananas frais.
  • Dîner : Riz blanc avec asperges grillées. Mayonnaise aux carottes faite maison. Dessert : abricots. Buvez de l’eau.

En quoi consiste un régime hypoallergénique pour les mères allaitantes de bébés suspectés d’être atteints d’APLV ?

Lorsque le pédiatre soupçonne qu’un bébé allaité présente une allergie aux protéines du lait de vache (APLV), il demande à la mère de suivre un régime sans lait de vache, car l’allergène peut passer dans le lait maternel. Il est essentiel d’éviter les aliments transformés contenant des traces de lait, mais il n’est pas nécessaire d’éliminer tous les allergènes.

Dans certains cas, le régime sera également exempt de lait de chèvre, de bœuf et de soja, car il peut y avoir une réactivité croisée, c’est-à-dire qu’il existe des protéines similaires entre le lait de vache et ces aliments et que, lorsqu’ils sont consommés, les symptômes apparaissent. Pendant la grossesse et l’allaitement, un régime hypoallergénique ne doit jamais être suivi sans avis médical.

Quelle est la durée d’un régime hypoallergénique ?

La phase d’élimination des allergènes potentiels dure au moins deux semaines et peut s’étendre jusqu’à six semaines. La phase de test du régime hypoallergénique (au cours de laquelle les aliments exclus sont introduits un par un pour voir si les symptômes apparaissent ou non) dure deux à trois semaines.

Les nourrissons doivent-ils suivre un régime hypoallergénique jusqu’à leur première année de vie pour prévenir les allergies alimentaires ?

Non, il n’est pas conseillé d’éliminer des aliments juste pour le plaisir, sans l’apparition de symptômes et sans consulter le pédiatre du bébé. La meilleure façon de prévenir les allergies alimentaires est d’assurer un allaitement exclusif jusqu’à 6 mois, puis de commencer une alimentation complémentaire, en introduisant des aliments en fonction de la maturation digestive et rénale du bébé.

Conseils pour éviter de faire des erreurs dans un régime hypoallergénique

prix-complement-alimentaire-hypoallergeniqueBien que le régime hypoallergénique ait une durée relativement courte, il est essentiel de le suivre parfaitement afin d’éliminer les allergènes potentiels et de corroborer l’allergie si les symptômes réapparaissent pendant la phase de provocation. Voici quelques conseils pour vous aider à réussir ce régime :

Consultez un nutritionniste

Bien que le médecin soit celui qui indique le régime hypoallergénique, la consultation nutritionnelle est essentielle pour connaître les aliments autorisés et interdits, pour éviter d’éliminer inutilement des produits et pour apprendre des recettes adaptées à ce régime. En outre, le nutritionniste enseignera comment se comporter lorsqu’on mange à l’extérieur de la maison, par exemple au restaurant.

Apprenez à lire l’étiquette nutritionnelle

Apprendre à identifier les allergènes sur les étiquettes est essentiel pour respecter le régime hypoallergénique. Bien qu’il soit préférable de manger des plats cuisinés à la maison, à base d’ingrédients naturels, le besoin de consommer un produit emballé se fait parfois sentir. Le problème est que les allergènes peuvent apparaître sous des noms étranges, comme le montre la liste suivante :

  • Autres dénominations indiquant la présence de lait de vache 
  • Autres dénominations indiquant la présence d’œuf Autres dénominations indiquant la présence de blé
  • Caséine
  • Hydrolysat de caséine
  • Hydrolysat de protéines de lactosérum
  • caséinate de calcium
  • lactoglobuline
  • lactalbumine
  • Phosphate de lactalbumine
  • Caséinate de sodium
  • Caséinate de magnésium
  • Caillé
  • Concentré de protéines de lactosérum
  • Apovitelline
  • Ovalbumine
  • Ovomucine
  • Ovomucoïde
  • Ovoglobuline
  • Vitelline
  • Livetin
  • Globuline
  • Albumine
  • Gluten
  • Farine à pâtisserie
  • Farine riche en gluten
  • Farine multigrains
  • Malt et germe de blé
  • Farine riche en protéines
  • Farine blanche
  • Farine de gramme et de kamut

Réaliser un menu varié

Le régime hypoallergénique strict (niveau 3) peut être très limité en aliments et il est presque impossible d’éviter la monotonie. Cependant, la plupart des régimes pour les personnes suspectées d’allergie alimentaire sont plus souples et il est important de préparer des repas attrayants et nutritifs avec les ingrédients disponibles pour éviter de se “tenter” avec des aliments interdits.

Ajouter des suppléments

En cas de suspicion d’allergie aux protéines du lait de vache chez les nourrissons qui ne sont pas allaités, les préparations hydrolysées peuvent remplacer les préparations lactées classiques. Dans le cas d’un régime hypoallergénique strict qui se prolonge pendant plus de 15 jours, il est conseillé de prendre un supplément de vitamines et de minéraux.

D’autre part, des suppléments probiotiques de Lactobacillus rhamnosus GG pourraient être bénéfiques pour les enfants souffrant d’une allergie aux protéines du lait de vache, en soulageant les symptômes et en améliorant la tolérance digestive.

Tenir un journal alimentaire

Un journal ou un carnet alimentaire est un outil simple et peu coûteux pour suivre l’observance du régime hypoallergénique ainsi que l’évolution des symptômes. Il faut noter sur une feuille de papier, jour après jour, à l’heure de chaque repas, ce qui est mangé et les symptômes présents. Ce journal est essentiel tant pendant la phase d’élimination que pendant la phase de provocation.

Résumé

Le régime hypoallergénique fait partie du processus de diagnostic de l’allergie alimentaire. Les allergènes les plus courants sont le lait de vache, le poisson, les crustacés, le soja, les noix, le sésame et le blé. Parfois, il est également nécessaire d’éliminer les agrumes, les légumineuses, les tomates, les fraises et même les pommes de terre dans le régime sans allergènes le plus strict.

Ce régime hypoallergénique se compose d’une phase d’élimination des allergènes potentiels, qui est suivie de la phase de provocation. Cette dernière se caractérise par l’introduction de chaque aliment séparément, afin d’évaluer si les symptômes réapparaissent ou non. Si une allergie alimentaire est confirmée, le traitement consiste à exclure totalement l’allergène du régime alimentaire.